Pourquoi la vie est si belle, et je ne sais en profiter?

Avez déjà vous eu cette triste sensation de vivre la même vie que plusieurs millions de personnes, et que chaque effort que nous réalisons pour nous éloigner de la masse nous transforme encore plus dans le petit mouton blanc noyé dans la masse des autres moutons… 

Après avoir visionné l’émission « 18 ans, j’entre en fac» ce vendredi sur France 3, ce sentiment s’est encore renforcé. Pour ceux qui n’ont pas vu l’émission, elle mettait en scène 3 jeunes filles qui rentre à l’université, leurs difficultés, leurs doutes, leurs perspectives d’avenir (un coucou à Ségolène), etc. Trois petites filles gâtées, filles de familles aisées de région parisienne, faussement hippies, du rebelle de bagatelle, pourtant trois destins qui m’ont animés mon vendredi soir pendant une petite heure. Trois jeunes demoiselles qui doutait du réel intérêt du choix de leur cursus universitaire dans leur réalisation personnelle.  

18 ans, j’entre en fac

Tellement éloigné de moi, de ma vie et de mon attitude, et pourtant tellement proches… Même volonté de se différencier : musique, look, langage… Même volonté de fuir le rythme métro – boulot – dodo… Et surtout même volonté d’aimer ce que l’on fait, et de réaliser ses rêves… Mais qui rêve réellement de travailler 8 heures par jours assis derrière un bureau trop étroit, à 30 cm d’un écran qui nous brûle les yeux ? Ou 8 heures à soulever des cartons dans un hangar, jusqu’à destruction totale des vertèbres ? 8 heures à ronger sa patience pour des gens qui s’en foutent? Le tout pour un salaire qui ferait certainement rêver un petit chinois, mais, certainement pas notre pauvre petite personne.Et pourtant, 80% des personnes seront dans ce cas, quelque soit la volonté de se différencier ou quelque soit le choix de ce fameux cursus… 

Et puis vers les dernières vingt minutes de ce reportage, j’ai vu réellement mon reflet dans une interrogation de l’une des demoiselles, qui s’interrogeait sur son incapacité à mettre en œuvre son réel potentiel. Un potentiel énorme pensait elle… Exactement comme moi… Certainement comme vous qui me lisait… Mais comme 80% d’entre nous, nous n’y arriverons jamais, mais tentons nous au moins… 

La vie serait si belle.

Publicités

6 commentaires »

  1. Fanchic Said:

    J’aime assez tes impressions vis à vis de cette émission que je n’ai pas vu.

    Il faut en effet distinguer besoins vitaux qui nécessitent de se rallier aux fameux 80% des personnes et besoin de reconnaissance (mise en oeuvre d’un potentiel auto-évalué) qui ne peut se satisfaire que si les premiers sont assouvis.

    Avec le recul (çà fait 11 ans que j’ai le BAC), j’ai beau tourner le problème dans tous les sens, je reste toujours 8 heures par jour assis dans un bureau étroit et je rêve toujours de fuir le rythme métro-boulot-dodo…

    Bonne continuation à ton agréable Blog

    FANCH

  2. AdriM Said:

    Merci Fanch pour ce premier commentaire, j’essayerais de continuer l' »agréabilité » de ce blog 😀

  3. MissArsenal Said:

    Alors là déjà je te tire mon chapo cher Adrim,ce bolg est vraiment pas mal.
    Cet article me fait particulièrement régair car si tu ne le savais pas,je suis entrée à la fac cette année et j’ai eu l’impression de lire mes propres pensées…
    J’aimerais bien faire parti de ces 20% qui vivent cette vie exceptionnelle et j’ai déjà des embuches sur mon chemin.Je me rends compte de certaines choses depuis quelques temps:
    – Les gens sont égoistes
    – Les soi-disants nombreux amis te tournent le dos dès que le lycée est terminé et par chance, tu ne gardes que les plus précieux…
    -Tu te retrouves avec des idéaux pleins la tête sans savoir pas où aller pour les réaliser.

    >Sincèrement,j’ai VRAIMENT envie de me battre et d’y arriver,faire en sorte de ne pas devenir une adulte morne et pas joyeuse de se lever pour bosser le matin.Même si je dois faire des sacrifices…

    Je réfléchis tous les jours, je vois des gens à la fac qui ne viennent que pour avoir des bourses, ou qui ont pris telle licence par défaut, ou qui sèchent les peu de cours qu’on a …ça, ça m’énerve, parce que gâcher sa vie, ça ils le regretteront.Je ne veux pas faire partie de ce gens-là.
    Et je pense que ça déjà,ça fait une grosse différence.J’ai le choix justement…

    Continue ton blog !

  4. innerwar Said:

    J’avoue.
    J’ai pas vu ce reportage.
    A vrai dire, je tombe sur cet article par hasard en typant les tags sur mon nouveau blog. Moi j’ai l’age de ces nanas sauf que je suis à la fac depuis un an déjà, et j’avoue que…
    =)

  5. AdriM Said:

    Merci Miss pour tes compliments, je vais essayé de continuer sur cette voie…

    Ce qui ma plus marquer dans ce reportage, c’etait l’universalité du thème. On plaçait cette caméra dans ma fac, les personnages seraient complètement différent (autre pays, autre moeurs, que des mecs, informaticiens, « scientifiques »…) et on aurait vu exactement la même chose, on serait arrivé aux même conclusions…

    Et je crois pas que ce soit l’exclusivité des universitaires. Mets la caméra dans une entreprise avec 3 jeunes qui demarrent, tu as surement la même chose.

    Desiste pas Miss… car le système scolaire est fait d’une telle forme que c’est à toi de tracer ta voie, car personne t’y aidera (enfin, sauf si tu es fille de, ou très jolie :D)

  6. AdriM Said:

    innerwar:

    Merci pour les commentaires, ça fait plaisir d’etre lu! Envois ton blog, pour que je vois ce qu’il y a d’interessant 🙂


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :