Love Actually… et préjugés sur les portugais

26 décembre, tard dans la nuit, un film anglais en VO à la télé portugaise… Chouette, j’avais juste une dizaine d’heures de sommeil en retard, 2 de plus ou de moins n’y feront pas grand chose.

Le film était « Love Actually », de 2003, avec Hugh Grant en vedette principale, mais aussi Liam Neeson, Emma Thompson, Keira Knightley entre autres. Une comédie romantique à la « Nothing Hill », avec cet humour typiquement anglais, mais la particularité du film reposait sur le fait qu’il n’y avait pas d’histoire principale, mais une diziane d’histoires d’amours différentes, mais chaque tableau se recoupant plus ou moins, façon Alejandro González Inárritu (Babel). (D’ailleurs c’est de moi, ou tous les films anglais se ressemblent… toujours Hugh Grant, les acteurs des Brit Coms et 2 ou 3 répêchés de Nothing Hill ou de 4 mariages et 1 enterrement…)

la3.jpg

Un petit film sympathique sans plus, mais avec la particularité de voir la participation de l’actrice portugaise Lucia Moniz, protagoniste de l’une des histoires d’amour, faisant la paire avec Colin Firth. Lucia est surtout connue au Portugal pour sa carrière de chanteuse (meilleure participation portugaise à l’Eurovision), mais mène en parallèle une carrière d’actrice (novelas surtout, et quelques rares films). De castings en castings, elle décrocha ce rôle somme toute sympathique dans une des comédies de l’année 2003.Son rôle… Colin Firth est un écrivain anglais qui passe quelque temps avant Noël dans sa villa du côté de Marseille pour écrire un peu… Ayant besoin d’un femme de ménage, il emploie comme par hasard une… portugaise: Aurelia, interprétée par Lucia Moniz… et tombe d’amour fou pour elle.

Rien de très spécial, si ce n’est les éternels préjugés sur les portugais.

Bien sur: portugaise = femme de ménage… On s’en fout si elle a moins de 30 ans et la plupart des jeunes portugaises vivant en France sont souvent de 2 ou 3ème génération (occupant d’autres professions): La portugaise est toujours femme de ménage ou concierge, son mari etant maçon ou tient le restaurant portugais de la ville.

2ème préjugé: le portugais ne sait pas parler Français, ni anglais d’ailleurs. L’immigration portugaise est vieille de 30 ou 40 ans… mais ceux-ci ne parlent qu’exclusivement portugais, ne vivent qu’en communauté (le quartier portugais de Marseille est énorme à en croire le film, où l’acteur se balade pendant 2 ou 3 minutes dans les rues du Vieux-Quartier de Marseille, où l’on n’y parlevqu’exclusivement portugais…) et bien sur n’a jamais pris un seul cours d’anglais de sa vie (au moins dire un petit « Hello, how are you? »).

3ème préjugé… Pour une fois, la Portugaise, à mon grand étonnement, etait plutot belle. Lucia Moniz n’est pas une Top-Model, mais est plutot sympathique à regarder. Une scène du film la présente en sous-vetêmenst, et Lucia avait du prendre son abonnement à la salle de gym, car la plastique etait impeccable. Une actrice classe, pas de vulgarité… C’etait trop beau pour etre vrai: la soeur est énorme, le père est le portugais typique (il ne manquait plus que la moustache), et dans le resto portugais du film, ça sent bon les clichés: femmes à moustache, fado, bouteilles de Porto, tout y etait…Faudrait qu’en même leur dire aux réalisateurs de films que, oui le Portugal est dévéloppé, et stop aux clichés des années 60!

Publicités

4 commentaires »

  1. Kodiak Said:

    tu sais quand y’a un plan sur la france, c’est toujours béret baguette 2CV . Nez rouge et pinard.

    Ma femme me racontait que quand elle était allé au US (coté nouvelle orléans) au milieu des années 90) la mère de famille avait commencer à lui expliquer ce qu’était un micro onde lol

    cela dit je pense que le public à besoin de ce genre de référence, je sais pas si ça les flatte, ou si c’est juste pour permettre à leur petit cerveau de mieux cerner les personnages. Parce que franchement je pense pas que les scénaristes soit si peu cultivé qu’ils ne sachent que les choses ont évolué.
    Je pense vraiment qu’il réponde par là à un consomateur, qui a besoin de signaux claire pour comprendre… Une bouteille rouge c’est du coca, un ballon rond c’est pour le basket etc….Si tu le perd, et qu’il doit rebranché son cerveau, la salle se vide 😉

  2. AdriM Said:

    Je suis d’accord… même si là c’est un film… anglais, dont on pouvait penser qu’il appuierait moins sur ces clichés.

    Je connaissais aussi une Americaine aussi qui m’avait demander si je vivais dan sun chateau sur la Loire…

  3. no-self-control Said:

    Bah nous, pour les belges (j’en suis), on a droit au cliché sur les bouffeurs de frites, amateur de duvel et l’accent liégeois!

    Mais celà dit, c’est vrai que je n’avais jamais remarqué ces « préjugés » dans ce film que j’apprécie bcp. T’as l’oeil 😉

  4. gaspard Said:

    pour commencer je ne trouve pas que ce soit un petit film , il véhicule très bien le message » d’amour », c’est peut être banal comme sujet,mais les sentiments banaux sont les plus forts et les plus difficiles à percevoir, ce sont les gens qui sont banaux et insensibles, pas la vie..
    ensuite c’est vrai que le fait de voir une communauté portugaise a Marseille ne sachant pas ou peu parler anglais et français ça m’a dérangé, mais je ne me suis pas attaché aux « clichés » j’y est juste vu un amour naissant, entre deux étrangers malgré la barrière de la langue.


{ RSS feed for comments on this post} · { TrackBack URI }

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :